top of page

ROMANE VALIN

Alice-Vaillant.png

Je rencontre Romane presque à la fin du mentoring dont elle a bénéficié en étant lauréate de l’appel à projets 2023 dans la catégorie Musique et Cinema. L’occasion de revenir sur ce que cette année au sein des Wise Women a pu lui apporter.

Raconte-moi ton parcours.

J’ai fait trois ans d’école de cinéma (ESEC) où je me suis spécialisée en scénario. Puis un stage de fin d’études dans une petite production qui s’appelle En voiture Simone. Ensuite je suis partie à Londres à la NFTS pour un an de formation de script editor où j’ai été diplômée. C’est l’équivalent en France d’un consultant qui intervient sur différents projets d’écriture. Mon but était de trouver une manière professionnalisante de faire ce métier.

Comment as-tu entendu parler de l’appel à projet de Wise Women ?

Par mon ancien professeur de documentaire Delphine Dhilly. Elle savait que j’étais en train d’écrire un court-métrage et m’a suggérée de le présenter.

Ton projet est donc un court-métrage, tu peux le pitcher ?

C’est un court-métrage de fiction qui s’appelle GROUPIE. J’avais envie de traiter la figure de la groupie. C’est un terme qui me questionne parce que je le trouve très misogyne à la base : on utilise pas du tout ce mot pour les garçons alors qu’il catalogue les filles dans une image presque hystérique. Mon désir principal était donc de proposer une nouvelle représentation de cette figure-là. J’avais envie de développer la thématique de l’admiration qui peut au contraire être un élan très positif. L’histoire est celle de Camille, une jeune femme de 25 ans, ouvreuse dans un théâtre où elle vit en cachette car elle ne peut plus payer son loyer. Là, elle assiste aux répétitions de la prochaine pièce et tombe en admiration pour une grande comédienne de 50 ans. J’explore à quel moment cette admiration dérape ou non et de quelle manière Camille s’empare de cette obsession pour se confronter à ses propres questionnements.

C’est un court-métrage d’environ 25mn que je voudrais réaliser. J’écris de manière très visuelle donc j’ai envie de me frotter à la réalisation et découvrir ce qui en sort.

Qu’attendais-tu de l’appel à projet Wise Women ?

J’attendais surtout des interlocutrices parce que je n’aime pas écrire seule et j’avais envie de me confronter à d’autres regards, des regards professionnels. Je cherchais aussi une mise en réseau, la possibilité de rencontrer des personnes qui aiment le projet et aient envie de me mettre en relation avec d’autres professionnels. Je voulais aussi rencontrer des comédiennes qui puissent me faire un retour sur les dialogues.

En termes de rencontres, ça a été très riche et très joyeux. Grace à Wise Women, j’ai rencontré des gens que je n’aurais jamais rencontrés autrement. Pour l’aide à mon court-métrage, j’ai été accompagnée par Olivia Bonamy, comédienne, et par Alix Letribot, qui fait du développement et m’a fait des retours sur le scénario. Aussi les retours et encouragements de Anouk Féral et de Marianne Lessard au tout début ont été importants, les premiers retours ça compte beaucoup !

Tu en où aujourd’hui ?

Je cherche à faire produire mon court-métrage. En parallèle je travaille en consultation sur d’autres projets de scénario pour différentes productions.

3 coups de cœur artistiques à partager avec les Wise Women ?

Blue jean, un film indépendant britannique de la réalisatrice Georgia Oakley.
L’expo Harry Gruyaert à la MEP.
Le dernier album de Dominic Fike.

Un diner imaginaire avec trois femmes dans la création, contemporaines ou non ?

Violette Leduc, j’adore son écriture ! Je me suis d’ailleurs beaucoup inspirée de son livre L’Affamée pour l’écriture de GROUPIE.
Valeria Bruni-Tedeschi, j’aime beaucoup ses films et son registre tragi-comique.
Et l’actrice et scénariste Phoebe Waller-Bridge, pour que l’on rigole un peu et que je puisse la supplier d’une saison 3 de Fleabag pour notre bien à tous.
Beaucoup de femmes qui ont compté dans mon parcours, à différents moments de ma vie, ma grand-mère, des professeurs, des réalisatrices, des écrivaines comme Patti Smith. La musique m’accompagne beaucoup aussi…plein de figures féminines dans mon entourage proche ou non qui ont compté et qui comptent dans ma vie.

bottom of page